Un pas de chat sauvage

Texte Un pas de chat sauvage de Marie NDiaye
Coédition Flammarion / Musées d’Orsay et de l’Orangerie

Adaptation Waddah Saab et Blandine Savetier
Mise en scène  Blandine Savetier
Avec Natalie Dessay, Anne-Laure Segla

Durée 1h15

Texte Un pas de chat sauvage de Marie NDiaye
Coédition Flammarion / Musées d’Orsay et de l’Orangerie

Adaptation Waddah Saab et Blandine Savetier
Mise en scène  Blandine Savetier
Avec Natalie Dessay, Anne-Laure Segla
Musique originale Greg Duret
Dramaturgie Waddah Saab
Musique et chorégraphie Greg Duret
Scénographie Simon Restino
Costumes Simon Restino  et Blandine Savetier
Lumière Louisa Mercier
Vidéo Laurence Barbier
Collaboration artistique Julie Pilod
Régies générale et son Vincent Dupuy
Régie lumière Louisa Mercier
Régie plateau et vidéo Fred Toussaint

Production Marie Cassal

Production Compagnie Longtemps je me suis couché de bonne heure
Coproduction Théâtre National de Strasbourg, La Maison de la Culture de Bourges scène nationale
Avec la participation artistique du Jeune Théâtre National
Le décor et les costumes sont réalisés par les ateliers du TNS.
Remerciements au Théâtre de la Commune CDN d’Aubervilliers et aux Tréteaux de France, CDN

La Cie Longtemps je me suis couché de bonne heure  est conventionnée par le ministère de la Culture DRAC Grand Est et bénéficie du soutien de la Région Grand Est et de la Ville de Strasbourg.

Un pas de chat sauvage est sélectionné et soutenu par la Région Grand Est et
l’UE-FEDER (dans le cadre du dispositif Festival Off Avignon)

Avec l’accompagnement de l’Agence Culturelle Grand Est

Une universitaire veut écrire un roman sur Maria Martinez, chanteuse cubaine du XIXe siècle surnommée la « Malibran noire », qui connut une célébrité éphémère et le racisme colonial à Paris, avant de disparaître dans la misère. Elle est approchée par une mystérieuse artiste noire, Marie Sachs, habitée par un étrange lien avec la chanteuse disparue. Entre l’enseignante blanche privée d’inspiration et l’artiste noire, fantasque, qui se conçoit comme une réincarnation de Maria Martinez, se noue une relation faite de fascination et de rejet. Blandine Savetier met en scène ce texte de Marie NDiaye, commande pour l’exposition « Le Modèle Noir » au Musée d’Orsay en 2019, dont l’écrivaine fait un récit abyssal sur l’incarnation et l’appropriation par des créateur·rice·s d’une personne disparue.

Retour en haut